Aller au contenu
La certification Qualité a été délivrée au titre de la catégorie d’actions suivante :
FORMATION – APPRENTISSAGE

 

Versez votre Taxe d'Apprentissage
La certification Qualité a été délivrée au titre de la catégorie d’actions suivante :
FORMATION – APPRENTISSAGE

 

Des collégiens en immersion chez Orano Melox à Marcoule pour la Semaine de l’industrie

En prélude à la Semaine de l’industrie qui démarre le lundi 22 novembre, une quinzaine de collégiens du lycée professionnel Sainte-Marie de Bagnols-sur-Cèze ont passé deux jours et demi en immersion à Orano Melox sur le site de Marcoule.

« Tordre le cou aux idées reçues sur l’industrie. » C’est l’objectif de la « classe en entreprise » organisée pendant deux jours et demi à Orano Melox sur le site de Marcoule. « Les jeunes ne s’imaginent pas du tout à quoi ressemble l’industrie explique Erika-Jeanne Ascencio, chargée de mission à l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) Occitanie qui a aidé à mettre en place l’opération pour la Semaine de l’industrie. Ils ont beaucoup d’idées reçues comme par exemple que l’industrie, c’est sale, c’est toxique ou que c’est du travail à la chaîne. La « classe en entreprise », c’est vraiment l’immersion dans le domaine industriel. Qu’ils découvrent l’industrie et ses métiers. » Pendant deux jours, quinze élèves de troisième Prépa métiers du lycée professionnel Sainte-Marie de Bagnols-sur-Cèze ont donc suivi leurs cours habituels au sein d’Orano Melox, tout en rencontrant les salariés.

Sortir les élèves du cadre scolaire

Dominique Saget est le directeur du lycée Sainte-Marie. Cela fait 10 ans que cet établissement privé a noué un partenariat avec Orano Melox pour proposer des BTS en alternance liés au nucléaire. Il est ravi de cette nouvelle expérience. « Ça fait sortir les élèves de leur cadre scolaire. Tous les enseignants ont joué le jeu. Le cours d’anglais a par exemple permis de montrer que l’anglais, il fallait le parler et pas seulement l’écrire parce que l’objectif, c’est de se faire comprendre. Ça permet de donner une nouvelle image à la voie professionnelle. Ça permet aussi de leur montrer pourquoi on est exigeant sur le savoir-être. Ils comprennent pourquoi il y a des règles quand on veut trouver un emploi. Aujourd’hui, il y a énormément d’emplois non pourvus, c’est important dès la troisième de motiver des élèves à faire des études. »

« Ce qu’on a vu peut m’inciter à trouver ma voie »

Ces deux jours passés à l’intérieur d’un site nucléaire ont impressionné les élèves. Tous relèvent le haut niveau de sécurité qui l’entoure. « C’est à cause du plutonium explique Alissa. On nous a dit qu’avec ça, on pouvait fabriquer des bombes, que quand ils se faisaient livrer du plutonium, il y avait même la gendarmerie derrière ! » Le cours de maths a donc porté sur la fabrication du MOX, le combustible nucléaire produit par Melox . « Ils ont pu voir, après, une pastille et un bout de crayon grandeur nature, ça leur a permis de comprendre ce qui se passait dans un réacteur ». Une immersion qui a enthousiasmé Alissa. « Juste être au lycée, ce n’est pas la vraie vie. Quand on voit les gens au boulot, ça nous donne un autre point de vue sur la vie. Je l’ai dit à ma mère : ce qu’on a vu, ça va peut-être me montrer où je veux aller. »

200 alternants accueillis chaque année dans le groupe Orano dans le Sud-Est

C’est justement ce qu’espère Bruno Girard, le directeur de l’emploi et de la formation chez Orano pour le Sud-Est. « Nos jeunes sont un peu perdus, trouver son orientation ce n’est pas évident. J’espère que cette immersion créera des vocations. Pour intégrer Orano, il y a une filière d’excellence qui est l’alternance. On accueille tous les ans dans le Sud-Est, 200 alternants. Je pense que le nucléaire a de beaux jours devant lui. Pour les jeunes, c’est leur montrer qu’il y a des perspectives et des jobs à côté de chez eux. » Une opération d’autant plus importante que le secteur peine à recruter depuis la crise sanitaire. « On est obligé de multiplier nos façons de faire pour aller chercher des talents qui ne sont pas forcément sur notre territoire. Pour prendre des exemples, la maintenance, la radio protection, l’assainissement, le démantèlement, ce sont des métiers où les volontaires sont les bienvenus. »

Vous aimerez aussi...